Ils ont coulé du béton et fermé les ruisseaux de la mégapole

Les cours d’eau ouverts à la construction à Istanbul, qui ont été bétonnés avec des politiques de loyer, présentent de sérieux risques. En 2009, lors de la catastrophe de l’inondation d’Ayamama, au cours de laquelle 31 personnes sont mortes, nous avons vu que les structures construites sur le lit des cours d’eau n’apportaient que de l’argent aux entrepreneurs et un désastre aux citoyens.

Ils ont coulé du béton et fermé les ruisseaux de la mégapole

DİLARA ŞİMŞEK

L’amour concret du gouvernement entraîne les villes vers la catastrophe. Bien que le gouvernement, qui cause des dommages irréversibles à la nature dans un souci de profit, qualifie chaque inondation de “catastrophe naturelle”, une urbanisation irrégulière et non planifiée se révèle à chaque pluie. Le fait que les besoins en logements prévus ne soient pas satisfaits augmente la pression sur les lits des cours d’eau. Dans chaque catastrophe d’inondation, les yeux sont tournés vers les lits des cours d’eau où des interventions sont effectuées. Parce que lorsque ces lits sont rétrécis et ouverts pour la construction, les pluies se transforment en catastrophes et entraînent des pertes de vie.

En revanche, les leçons non tirées des expériences font que les questions suivantes se répètent : Pourquoi aucune action n’est-elle entreprise ? Pourquoi les lits des rivières sont-ils ouverts à la construction ? Pourquoi les travaux d’infrastructure ne sont-ils pas réalisés ?

En fait, la réponse est claire : la priorité du gouvernement n’est pas la demande des citoyens pour une ville vivable et sûre, mais de remplir les poches de ses partisans avec des appels d’offres de transformation urbaine.

À Istanbul, où vivent 18 millions de personnes, les structures qui s’élèvent au-dessus du lit des cours d’eau préparent le terrain à une éventuelle catastrophe. L’inondation catastrophique qui a eu lieu entre le 8 et le 12 septembre 2009 dans la mégapole, qui a ouvert ses portes à la location et où les tours de location s’élèvent de tous les espaces verts, a été enregistrée comme l’une des inondations catastrophiques avec le plus de pertes en vies humaines. À la suite du débordement du ruisseau Ayamama du côté européen d’Istanbul, 31 personnes ont perdu la vie, 3 mille 816 maisons et 1 mille 490 lieux de travail ont été endommagés. Les inondations, qui ont causé une perte financière de 150 millions d’euros, ont le plus souffert des constructions telles que des usines, des autoroutes et des ponts à proximité du lit du cours d’eau, ainsi que des implantations établies près du lit du cours d’eau.

O SONT LES MILLIONS dépensés pour la remise en état ?….

https://www.birgun.net/haber/megakentin-dereleri-beton-dokup-kapattilar-357816

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 × 26 =