Documents Pandora en 10 articles

Il convient de souligner que la situation qui a émergé lors de la discussion des documents de Pandora n’est pas un état déformé du capitalisme, mais c’est lui-même. On peut dire qu’il est prématuré de dire “La boîte de Pandore a été ouverte, tout le mal a été révélé”, tout au plus le couvercle a été ouvert.

Documents Pandora en 10 articles

Les documents Pandora ont été présentés à l’opinion publique mondiale par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) avec les efforts de 650 journalistes dans 117 pays. Les fichiers contiennent des informations financières sur 35 dirigeants mondiaux et 330 hommes politiques de 91 pays.

Les documents en question contiennent également des informations sur 220 noms de Turquie. Pelin Ünker et Serdar Vardar de DW Turkish ont fait de gros efforts pour nous joindre avec les informations sur la partie turque de la recherche. Alors que les médias de l’AKP ont presque ignoré les documents de Pandora, de véritables organes médiatiques, dont notre journal BirGün, ont couvert cette nouvelle en détail.

Dans cet article, je ferai une vue d’ensemble du processus qui a commencé avec les Panama Papers en 2016, s’est poursuivi avec les Paradise Papers en 2017 et s’étend aujourd’hui aux documents Pandora. Cependant, on peut déjà dire qu’il est prématuré de dire “La boîte de Pandore a été ouverte, tout le mal a été révélé”, tout au plus le couvercle a-t-il été ouvert.

1- Après la crise financière mondiale de 2008, bien qu’il ait été déclaré que les fraudeurs fiscaux et les paradis fiscaux offshore seraient traités, aucune mesure concrète n’a été prise. Puis, en 2016, des documents appartenant au cabinet d’avocats Fonseca enregistré au Panama ont été divulgués. Les Panama Papers concernaient davantage les délits d’évasion fiscale. Les Paradise Papers 2017, quant à eux, visaient à exposer les stratégies d’évasion fiscale des entreprises. Quant aux Pandora Papers, on peut dire que la recherche se concentre sur les sociétés écrans offshore fondées par les politiciens super-riches et influents.

2- Dans les documents en question, il est indiqué que les élites mondiales, les pays « démocratiques » (par exemple, Tony Blair d’Angleterre), les gouvernements monarchiques (par exemple, le roi Abdallah de Jordanie) ou les régimes autoritaires (par exemple, le cercle de Poutine en Russie) concernent l’évasion fiscale et la conservation de leur argent dans des comptes secrets. Ils semblent être combinés. Ce qui est intéressant, c’est que même ceux qui sont en position de « réglementaire » sur les réglementations fiscales et la liberté financière dans leur propre pays ne suivent pas les règles qu’ils ont eux-mêmes fixées. Vraisemblablement, ils font des détours par crainte que “je ne sais pas ce qui va se passer demain ou que ma richesse ne se démarque pas”. En fait, la plupart de ces pratiques sont légales, mais elles vont à l’encontre des règles éthiques. Plus précisément, ils respectent la loi du pays où l’argent est parqué. Cependant, les citoyens ordinaires qui vivent de leur travail n’ont pas ces opportunités et le pacha doit payer les impôts du pacha et sont passibles de pénalités à la moindre perturbation.

3- Les Panama Papers contiennent des informations divulguées par 14 sociétés différentes. Les paradis offshore tels que les îles Vierges britanniques, les Seychelles, le Belize et les Samoa sont d’importantes sources d’informations comme prévu. La particularité de ces géographies est qu’elles sont de très petites agglomérations et contiennent une population limitée. Pour cette raison, même les impôts très bas qu’ils perçoivent des entreprises qui n’ont pas de nom contribuent sérieusement à leur budget. Cependant, un autre fait révélé dans les documents Pandora est que les États du Dakota du Sud, de la Floride, du Nevada et de la ville natale de Joe Biden, le Delaware, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, la favorite de la famille Binali Yıldırım, sont eux-mêmes devenus des paradis fiscaux. En attendant, rappelons qu’il manque des informations sur les îles Caïmans, l’un des principaux paradis fiscaux.

4- Au passage, il faut noter que la montée en puissance des paradis fiscaux importants est intimement liée au processus de décolonisation. Selon Vanessa Ogle de l’Université de Californie, qui a fait des recherches sur ce sujet, avec la généralisation des demandes d’impôt sur le revenu progressif après la Première Guerre mondiale, les riches se tournent vers la Suisse et les colonies britanniques comme les îles anglo-normandes, Jersey et Guernesey. La deuxième vague de paradis fiscaux apporte l’implication de Hong Kong, Singapour, Bahamas, Bermudes, îles Caïmans, îles Vierges britanniques lors des demandes d’État-providence post-Seconde Guerre mondiale nécessitant des revenus publics élevés. Plus tard, dans les années 50 et 60, avec l’indépendance des colonies asiatiques et africaines, les riches colons blancs européens ont préféré parquer leur argent dans des paradis fiscaux tels que les Bahamas, Jersey et Malte plutôt que dans leur patrie à fiscalité relativement élevée. La bourgeoisie montante des pays nouvellement indépendants suivra la route des colonialistes et frappera bientôt à la porte des mêmes paradis fiscaux.

5- On apprend que l’entrepreneur Mehmet Cengiz, dont on se souvient pour son blasphème contre le public, a transféré sa fortune aux îles Vierges britanniques. Forcément, on pense à cette île des Caraïbes, dont le nom Cengiz peine à se prononcer…

https://www.birgun.net/haber/10-materide-pandora-belgeleri-361761

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 ⁄ 2 =